Une femme fumait au seuil d'une boutique
Guettant la procession à l'angle de la rue
Main sur la hanche gauche elle attendait, mutique
Au soleil, elle semblait par son ombre tenue

C'était un jour d'avril ; sur le sol en damier
Des vieilles devisaient autour des enfants
Courraient après les chats et l'odeur de l'encens
Montait, lourde, à la tête et faisaient suffoquer

La musique pleurait en agitant ses chaînes
Mimait la pénitence et des larmes de sang
Épaisses lui échappaient et couraient sur ses flancs
Brûlant de ranimer les douleurs anciennes

Les vagues remuaient les histoires lointaines
Où des bateaux gavés d'or hantaient l'océan
Et la femme fumait, et l'odeur de l'encens
Montait, lourde, en son âme où cliquetaient les chaînes

Semana Santa
Semana Santa
Semana Santa

Une femme fumait au seuil d'une boutique
Guettant la procession à l'angle de la rue
Main sur la hanche gauche elle attendait,mutique
Au soleil, elle semblait par son ombre tenue

Semana Santa
Semana Santa
Semana Santa

Une femme fumait au seuil d'une boutique
Guettant la procession à l'angle de la rue
Main sur la hanche gauche elle attendait, mutique
Au soleil, elle semblait par son ombre tenue


Lyrics submitted by Vordia

Semana Santa song meanings
Add your thoughts

No Comments

sort form View by:
  • No Comments

Add your thoughts

Log in now to tell us what you think this song means.

Don’t have an account? Create an account with SongMeanings to post comments, submit lyrics, and more. It’s super easy, we promise!

Back to top
explain