Dwa de lòm se konsa l rele
Lamayòt pou ti moun fronte
Apre de san zan sa n regle
Nèg vle fè n konnen ke solèy se Bondye
Men dyab la ap vini pa pale
Labib son w bagay ki sakre
Yon patay ki pa byen regle
Blan yo pran tè ya
Yo bann bib la n aksepte tande

Fè m tire oun profi nan travay la chè mèt yo
Nan kozman ideolojik yo chè frè m yo
Nou anlè onètman fòk se nou k plase pou lamizè
O mwen youn bagay va chanje
Nou ministrab se vre n etidye pou sa
Tonnè kraze m kòz nasyonal yo fon w bagay ak sa
Literati lontan te ka sèvi
Kounyea m ta pi kwè ke se la pratik vre
Nou pa bezwen fache nou fout anraje wo woy woy woy

Nan mitan yon chan kann bò igwe an Dominikani
De ayisyen chita nan w batey pye atè do touni
Youn ape pale youn ap koute yo pa fè briii
Van nan kann nan sèlman ki tande sa yape di
Kouzen m pral fè tè Ayiti
Si w gon w komisyon m a bay madanm ou pou ou
Kouzen li mèt dyès pezòs... kouzen
Lè ou rive lakay si w jwen madanm mwen plase
Wa bay manman mwen li pou mwen
Kouzen ale kouzen tounen
Avèk nouvèl ki bay kè plen
Manman mouri sa genyen kèk anne
Gen moun ki di gen moun ki di ke se chagren
Madanm nan la i la i la i l ape kenbe
E timoun yo mal okipe
Premye ya grandi l grandi l grandi tankou chwal
Ti dènyè ya pa menm sonje papa l

Nan mitan yon chan kann bò igwe an Dominikani
De ayisyen chita nan w batey pye atè do touni
Youn ape pale youn ap koute yo pa fè briii
Van nan kann nan kouri efase sa yape di
Kouzen mwen sot fè tè Ayiti
Gen youn komisyon madanm ou voye ba ou
Kouzen li lè pou tounen
Kouzen lè wap janbe frontyè
Menm si ou pat pot anyen pa kite manchèt ou dèyè
Kouzen kouzen kouzen
Kouzen wa pot manchè pou koupe bayawon woy
Kouzen wa pot manchèt pou koupe move zèb woy
Kouzen wa pot manchè pou koupe bayawon woy
Kouzen wa pot manchèt pou koupe move zèb woy


Lyrics submitted by Lunes

Dwa De Lom Viewo song meanings
Add your thoughts

1 Comment

sort form View by:
  • 0
    TranslationTraduction en français (par Karole Gizolme avec la collaboration de Lionel Pierre-Louis, Anne Lescot, Reynold Henrys, Bernard Chancy, Barbara Prézeau) :


    DROITS DE L'HOMME, VIEJO*

    Droits de l’homme, c’est ainsi qu’on les nomme,
    Lamayòt** pour enfants téméraires,
    Après deux cents ans, on en est toujours au même point :
    L’homme veut me faire croire que le soleil est le bon dieu.
    Mais le diable est venu, sans dire un mot,
    La bible c’est une chose sacrée,
    Une chose toujours pas très claire :
    Les Blancs ont pris la terre,
    Ils nous ont donné la bible,
    On a accepté, on a écouté.

    Fais-moi gagner un peu d’argent en travaillant pour toi, cher maître.
    Sur les questions idéologiques, cher frère,
    Nous sommes admirés, honnêtement,
    Mais pour le reste, ne sommes-nous bons que pour la misère ? ...
    Au moins une chose changera :
    Nous sommes capables d’être ministre,
    C’est vrai nous avons étudié pour cela.
    Tonnerre ! La cause nationale, ils l’ont utilisée,
    Longtemps, la littérature servait à quelque chose.
    Maintenant, je crois qu’il faut passer aux actes,
    Pas besoin de nous fâcher, nous sommes déjà enragés.

    Au milieu d’un champ de canne près d’Iguey, en République dominicaine,
    Deux Haïtiens assis dans un batey.
    L'un parle, l’autre écoute, ils ne font pas de bruit.
    Seul le vent dans les cannes entend leurs paroles.
    Cousin, je vais partir en Haïti.
    Si tu as une commission à faire passer, je la remettrai à ta femme.
    Cousin, même si ce n'est que 10 pesos, donne-les-lui.
    Cousin, quand tu arrives chez moi, si ma femme est avec un autre,
    Donne-les à ma mère.
    Le cousin est allé, le cousin est revenu,
    Avec une triste nouvelle :
    Sa mère est morte depuis plusieurs années ;
    Certains disent que c’est le chagrin.
    Sa femme, elle, est toujours là, elle tient le coup.
    Les enfants sont délaissés :
    Le premier est aussi grand qu’un cheval,
    Le petit dernier ne se rappelle même pas de son père.

    Au milieu d’un champ de canne près d’Iguey, en République dominicaine,
    Deux Haïtiens assis dans un batey.
    Un parle, l’autre écoute, ils ne font pas de bruit.
    Le vent dans les cannes s'empresse d'effacer leurs paroles.
    Cousin,
    Je reviens d’Haïti.
    Ta femme m’a remis une commission pour toi.
    Cousin, il est temps de rentrer.
    Cousin, quand tu passeras la frontière,
    Même si tu ne rapportes rien, n’oublie pas ta machette.
    Cousin, cousin, cousin...
    Cousin, prends ta machette pour couper les ronces,
    Cousin, prends ta machette pour couper les mauvaise herbes.
    Cousin, prends ta machette pour couper les ronces,
    Cousin, prends ta machette pour couper les mauvaise herbes.


    * "Viejo" : se dit du coupeur de canne haïtien en République dominicaine qui n'est jamais retourné chez lui. Contrairement au "Kongo", celui qui vient d'arriver dans les "bateyes" (plantations).
    ** "Lamayòt" : sac transporté par un homme pendant le carnaval. Les enfants payent un penny pour avoir le droit de voir ce qui est dedans ; jeu à la fois amusant et effrayant.
    Luneson January 29, 2015   Link

Add your thoughts

Log in now to tell us what you think this song means.

Don’t have an account? Create an account with SongMeanings to post comments, submit lyrics, and more. It’s super easy, we promise!

Back to top
explain