Peuple met toi debout, crie ta misère partout pour te libérer
Méfie-toi des gens qui veulent te gouverner
Qui disent n'importe quoi mais toujours en ton nom
Ils se servent de toi comme d'un simple objet
Comme d'un tremplin pour bâtir leurs gros projets
Dans tes jours de repos tu chantes ton aroyo
Ça les rend jaloux
Le mardi gras c'est pour les gens de la ville
Tu t'aventures c'est à tes risques et périls
Tes valeurs sont très loin du santa mater
Tes rara, kombite le prouvent de façon claire

Tu paies l'église pour te confesser
Tu paies de ton sang pour être citoyen
Sous le bâton même si t'es fatigué
On te traite comme une bête, un chien
Dans mon petit salon moi je pense
Traduisant des idées galantes
On m'applaudit gaiement mais c'est curieux
La condition du peuple s'empire

Soixante-cinq ans après
Dites-nous où vous étiez intellect baveux
Les machettes les lambis donnèrent la réplique
Mais ce furent bien les paysans les victimes
Les flottes navy ce n'était pas l'arche de Noé
Charlemagne, Batraville l'ont bien réalisé
Ah que les temps ont changé
Il n'est plus question de révolte spontanée
Révolution devient histoire de culture
On pense pour le peuple enfant illégitime
Comme s'il n'a pas assez faim pour inverser
Sa condition de boat people provoquée
Toutes ces traversées qui font bien prospérer
Les commerçants des deux cotés

Il paie l'église pour se confesser
Il paie de son sang pour être citoyen
Sous le bâton même s'il est fatigué
On le traite comme une bête un chien
Dans mon petit salon moi je pense
Traduisant des idées galantes
On m'applaudit gaiement mais c'est curieux
La condition du peuple s'empire


Lyrics submitted by Lunes

Chalmay Peralt song meanings
Add your thoughts

1 Comment

sort form View by:

Add your thoughts

Log in now to tell us what you think this song means.

Don’t have an account? Create an account with SongMeanings to post comments, submit lyrics, and more. It’s super easy, we promise!

Back to top
explain