Il n’y a pas de quoi être fier d’un pouvoir indépendant des religions
Quand il ne dépend que de l’intérêt des puissants.
L’objectivité n’est plus de mise
Quand la fortune est un média,
Le média un pouvoir,
Le pouvoir un gouvernant,
Le gouvernant une fortune.
Le serpent a avalé sa queue
Et maintenant c’est notre tour de boire la coupe jusqu’à la lie.

La religion était l’opium du peuple,
Aujourd’hui l’opium se mange trop cher pour nos bourses pathétiques.
On se rattrape sur du bon marché
Mais quand les cures de désintoxication ressemblent à des camps de redressement
On sait que ce sera dûr d’en sortir,
Mais on sait aussi
Que ce sera plus valable
Car on l’aura fait seul et libre.
Rien n’est jamais perdu
Et les flatteries d’un "pouvoir indépendant" ne doivent jamais nous faire oublier
Que le monde dans lequel nous vivons nous entrave
Et tue nos désirs de vivre mieux.

On peut toujours faire mieux
Et ce n’est pas parcequ’il n’y a rien à faire
Qu’il n’y a pas mieux à faire.


Lyrics submitted by InspectorMustache

Un Fléau Pour Un Autre song meanings
Add your thoughts

No Comments

sort form View by:
  • No Comments

Add your thoughts

Log in now to tell us what you think this song means.

Don’t have an account? Create an account with SongMeanings to post comments, submit lyrics, and more. It’s super easy, we promise!

Back to top
explain