"Happe" as written by Alain Bashung and Jean Marie Fauque....
Tu vois ce qu’on voit qui s’ébranle?
Nan, tu vois pas.

Tu n’es pas dans l’ombre,
Pas dans le triangle.

Comme quand tu faisais du zèle,
Comme quand je te volais dans les plumes,
Entre les dunes.
Par la porte entrebâillée,
Je te vois rêver,
A des ébats qui me blesse,
A des ébats qui ne cesse.

Peu à peu tout me happe,
Je me dérobe, je me détache,
Sans laissé d’auréoles,
Les cymbales, les symboles
Colle, on se rappelle, on se recolle.
Peu à peu tout me happe.

Le vent de l’orgueil,
Peut apaiser
Peut apaiser
Une poussière dans l’œil,
Et le monde entier soudain se trouble.

Comme quand tu faisais du zèle,
Comme quand je te volais dans les plumes,
Entre les dunes.
Par la porte entrebâillée,
Je te vois rêver,
Des romans fleurs asséchées,
Où Jadis on nageait.

Peu à peu tout me happe,
Je me dérobe, je me détache,
Sans laissé d’auréoles,
Les cymbales, les symboles
Colle, on se rappelle, on se recolle.
Peu à peu tout me happe.

Tu vois ce qu’on voit qui s’ébranle?
Nan, tu vois pas.


Lyrics submitted by SongMeanings

"Happe" as written by Jean Marie Fauque Alain Bashung

Lyrics © Universal Music Publishing Group

Lyrics powered by LyricFind

Happe song meanings
Add your thoughts

No Comments

sort form View by:
  • No Comments

Add your thoughts

Log in now to tell us what you think this song means.

Don’t have an account? Create an account with SongMeanings to post comments, submit lyrics, and more. It’s super easy, we promise!

Back to top
explain