L’ENFANT PAVE

Dans ma constellation c’est la consternation
je ne vois qu’une alternative, c’est l’éducation mass information.
Essaye de peser dans le biz, c’est la seule perspective.
Dans les têtes d’humains des rotatives.
Dans Souverain-tox à la dérive l’espoir a pris ce trop plein d’illusoire.
Liège-Palais sur la rive. Abandonnant la ville comme un dépotoir.
Ca tache, ça tache sur les trottoirs,
ça drache, ça drache dans les mémoires.
Passe par Liège ça foire.
Trop de travaux inutiles dans trop de villes, trop de vies en périls.
La fin du monde a commencé à Tchernobyl.
L’enfant devin pas Nostradamus
dans mon rap pas d’eau que du vin quand j’affronte le péril urbain
Ça pue l’asphyxie en occident
Y a pourtant tant de galaxies et tant de figurants
Tant de figurants dans le péril urbain


SEG

Et si faut remettre une couche fais-nous confiance y a matière à profusion
Arrogance et rap en totale fusion
Intrusion sur l’échiquier, rien à foutre que tu sois choqué(e)
Même si le jeu est compliqué, je me dois d’y être impliqué
Le droit de répliquer on le demande plus on le prend, et ce qui surprend,
c’est qu’à cette époque y a de moins en moins d’adhérents
de plus en plus de figurants, un troupeau de moutons errants.
Nous on se rend pas, on marche droit mais en dehors des rangs.
Comment ne pas devenir ce que l’on prétend que vous êtes
tout en tentant de survivre et en relevant la tête ?
Les manches retroussées, les mains sales, le visage éclaboussé
par toute la merde dans laquelle vos graines ont poussé…


AKRO

Mon desiderata, ne plus être déshydraté
Depuis longtemps assoiffé, j’embrasse le mic comme un trophée
Bien échauffé, je prépare mon ascension
Ma version originale et pas de chiante fiction
Ma vision est celle d’un type qui rédige, canalise son vertige
Fils prodige bercé au rap depuis plus de 10 piges
Tu négliges ? mon D.J. frappe sec
Médiathèque, discothèque, rendez-vous au sound-check
On maltraite car les traîtres ont des combines
Se glissent dans ton estime, deviendraient presque intimes
Ma team est la dream-team de la rime, la sonatine de l’abîme
Dans ton pied j’ai mis l’épine, attention si tu piétines
T’as traîné, je me suis entraîné
Résultat tu fumes du henné, je compte la monnaie
Je compte sur moi, ma chance et mon flair,
mes pairs et mes frères, fous pas ton nez dans nos affaires


KAER

Faut que t’arrête quand ta politique s’emballe, s’exalte
et pas de solutions sur l’asphalte.
Le même problème, le même dilemme
leur sale barème amplifie le phénomène
d’exclusion, trop de vies misent en péril
dans ma ville: autant de talents que de terrils.
Intoxiqués par les odeurs, les fumées
des fournaises où trop de vies se sont consumées,
on tente juste d’assumer enfin une vie normale.
Aspirer à ce qu’on rêve, il y a quoi de plus normal ?
Mon instinct animal m’est nécessaire,
dans cette haute tension sociale où rien ne diffère
depuis les années noires, la crise a encore
des beaux jours devant elle, le décor me le rappelle
tous les jours, je compte à rebours pour exploser demain.
Survivre dans le péril urbain.


BALO

Soyons réalistes, exigeons l’impossible,
luttons pour ce que l’on n’a pas, prenons l’inaccessible.
Même si il y a péril en la demeure, que la flemme demeure,
la flamme se meurt, laisse se propager la tumeur.
Ressens la teneur du rap de l’indigent
fustigeant les dirigeants, cette politique corrigeant
les opposants à ce fonctionnement inhérent aux ignorants,
qui me classe, moi et mon clan, dans les rangs des belligérants.
Ma parade face à l’état policier
n’est que l’autogestion, l’autodéfense, l’autonomie.
Donc quoi!? Soyons leaders de nos opinions,
prenons la différence comme trait d’union
pour ne plus que l’histoire se réitère,
pour que mon rap contestataire fasse réagir les réactionnaires.
Pose, pose un bémol, propose une clef à ceux que le système immole,
qui tentent de rayer les valeurs du passé au Détol,
faire le nettoyage par le vide, sortir de l’inertie
de cette parano ambiante et de cette bureaucratie,
qui tente de faire croire que le fonctionnement actuel
est celui pour lequel les gens ont voté !
Et pourquoi le saboter ? Parce que faute d’avoir le droit de voter,
on tente de s’immiscer, donner notre avis au M.I.C.
Clamer que la politique à grande échelle n’est qu’un folklore,
palissade des lobbies de pouvoir qui explorent
les limites humaines à l’extrême,
voir jusqu’où on peut s’organiser face aux dilemmes.
Peuple d’automates, mais j’en vois les stigmates
au-delà des fissures et des brèches que colmatent
ces élus tous fringants qui se pavanent en beuglant.
Mais pour eux mon slogan reste cinglant :
Clandestins à Laeken, Fabiola à Vottem,
ton système je ken, ses projets, ses barèmes.
L’opium du peuple, le chômage et le shit
le sexe et les vidéo-clips de quoi tu flippes!?
Il neige sur Liège des flocons d’alu.
Sous le nez des élus, l’héro suit sa plus-value.
Ce qui me pousse à clamer que le désordre est voulu,
plus que jamais, le désordre est voulu.


Lyrics submitted by Akhenaton

Péril Urbain song meanings
Add your thoughts

No Comments

sort form View by:
  • No Comments

Add your thoughts

Log in now to tell us what you think this song means.

Don’t have an account? Create an account with SongMeanings to post comments, submit lyrics, and more. It’s super easy, we promise!

Back to top
explain